Voeux et bonnes résolutions


Voilà en ce début d'année on en fini pas de présenter ses voeux, sur twitter, facebook, maintenant le blog, c'est un peu comme les voeux du président, c'est aussi un moment pour faire un premier bilan.
Une chose que je ne ferais pas, se sont des promesses de renoncement (j'arrête ci, j'arrête ça ...), car à quoi bon se rajouter des contraintes bien inutiles.
2010 à été l'année de tous les changements nouvelle maison, nouveau travail ... et nouveau stress, en bref une nouvelle vie.
La prise en main des "Graves de Viaud" à été plutôt une réussite, belle vendange, vinification bien maitrisée (notre Merlot à été séléctionné pour réprésenter les Côtes de Bourg pour 2010/2011). Tout ceci avec pas mal de modifications par rapport à l'existant, nouveau pressoir, nouvelle pompe, travail du sol à l'automne avec les premiers préparas biodynamiques et surtout une équipe motivée par le passage en Bio. Il reste encore un peu de préparation pour la compagne 2011, mais cette année de transition s'annonce passionnante.
Le gros défis de 2011, ce sont les rentrées d'argent et donc la commercialisation et accessoirement mes relations avec mon banquier. Il faut que je conjugue à la fois le volume et la marge. Il faut donc que je sépare bien ma gamme de vin pour la grande distribution et pour certains marchés export (la moitié de ma récole au minimum) de ma gamme caviste, restaurant et particuliers ; je vous en parlerais dans un autre post prochainement.
Dès février, début des voyages à l'étranger (Allemagne, Suisse, Chine), mais j'ai aussi quelques idées pour la vente directe que je veux développer sur 2011/2012. Beaucoup de pression en perspective dans un marché mondial compliqué, mais qui je le pense deviendra d'ici 3 à 5 ans très favorable pour la France 
Pour ce qui est de mes habitudes alimentaires, le bilan est pas terrible. Je vis à la campagne et je n'ai jamais été aussi souvent au supermarché. A paris j'allais au marché au moins une fois par semaine, je consommais local  et bio avec des maraichers qui venaient de Seine et Marne à tout juste 60/80 km, un artisan boucher et un fromager top niveau. En fait dans ce type de petit bled il faut faire beaucoup d'effort pour trouver des produits frais et de qualité. Mes amis de Bordeaux eux ont au moins une AMAP qui livre. Bon, il faudra travailler sur ça aussi.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Business plan

Les News de la Colombine - Juin 2020

Taille, travail du sol et biodynamie